Accueil / Albums / Ami(e)s artistes / Martine Prud'Homme [15]

La découverte des toiles de Mart'IN ne se résume pas seulement à l'impact d'un regard global, bien que cela soit tout à fait essentiel, mais aussi dans les détails, où elle peut mettre à jour et exposer le concept de ses recherches artistiques. A savoir que tout élément s'imbrique dans un ensemble pour former une entité. Cet ensemble ainsi obtenu fusionnera lui même dans un plus grand corps et ceci à l'infini dans un esprit fractal. Mart'IN pressent que l'exactitude des techniques de capture d'images ne restitue pas tout. Ce qui compte, c'est les forces subjectives, l'énergie émise par chaque parcelle de vie et d'éléments de l'univers. L'enveloppe, au fond, n'est pas suffisante. Elle s'efforce d'échapper à cette contingence. La sensation, l'émotion transpire, elle se transmet parfois à une échelle infime,« moléculaire » tel les phéromones. Il faut aller plus loin dans la perception et la compréhension du monde. Le problème, c'est l'orientation figée de notre perception, l'appréhension bâclée de nos intuitions intimes. La phénoménologie et la théorie de la perception de Merleau Ponty s'approcherait au mieux de la réalité de ses travaux. Imposer par le visuel l'approche furtive d'une perception intime, immédiate. A contrario de celle, triviale, mais cependant conceptuelle et formatée par les filtres culturels et sociaux. Cette perception « onirique »est indispensable à l'expression et au bien être de l'homme. Elle est reflet d'un esthétisme personnel, modelant parfois impérieusement la pensée et notre rapport au monde. Mart'IN n'échappe pas à ce besoin impérieux de vouloir transcrire comme les peintres du dix-neuvième et vingtième siècle , cette émotion profonde. Mais elle est influencée par mon époque, les nouvelles découvertes, les nouveaux moyens technologiques et son vécu pluriculturel.
Inscrivez-vous (en bas de page) pour connaître les nouveautés du site JCBarousse: Galeries Photographiques